Prix oedipe des Libraires : Penser l'avenir

Autres articles de l'auteur

Face à la foule, aux images, aux réseaux dits sociaux.

Gilets Jaunes

Face à la foule, aux images, aux réseaux dits sociaux.   Ce qui est manifeste dans une foule, c’est qu’elle est à la fois unie et qu’elle ne pense pas. Elle réagit dans un mouvement à la fois effrayant, émouvant et même envoûtant. Pour avoir il y a un demi-...

Lire la suite

Mai 1968 : Et les psychanalystes dans tout ça ?

De Gaulle en Patron de médecine

Mai 1968 : Et les psychanalystes dans tout ça ? Le cinquantenaire de Mai 1968 dont tous...

Lire la suite

Edito et premiers commentaires 

Elsa Cayat

Le rendez-vous cet après-midi va semble-t-il nous confronter à différents paradoxes. L'...

Lire la suite

Pages

Tout le monde ou presque s’accorde à dire que le « Prix Oedipe des Libraires » est utile à plusieurs titres. Il est indépendant et les auteurs y accordent un grand intérêt lorsqu’ils publient un ouvrage fruit de leur travail. Une lecture sans concession est sans conteste importante pour eux, ainsi que la possibilité de préciser leur propos lors des interviews que nous réalisons. Les éditeurs aussi, trouvent un intérêt à l’existence du prix en termes de visibilité des ouvrages qu’ils ont choisi de publier et les libraires, dont la participation est essentielle, l’utilisent comme lien entre les auteurs et les lecteurs. Les lecteurs eux ont tout à gagner à l’existence de ce prix qui leur offre un regard certes subjectif mais non inféodé aux écoles et associations psychanalytiques.

 

Cependant, après 8 ans de travail au sein du « Groupe de lecture du Prix Oedipe des libraires », il est grand temps de faire le point et de réfléchir sur la meilleure façon de faire la critique d’un ouvrage de psychanalyse. Pourquoi choisir tel livre ? doit-on admettre les traductions ? doit-on donner aussi des critiques négatives et à propos de quel livre ? Comment formuler un avis personnel sur le livre de façon la plus éclairante pour le lecteur ? une critique doit-elle être courte et ne donner qu’une vue très synthétique de l’ouvrage ou au contraire développer des arguments. Donne-t-on assez leur chance aux ouvrages d’auteurs que nous connaissons déjà et doit-on favoriser davantage les auteurs inconnus et les maisons d’édition moins célèbres que Le Seuil ou Gallimard ? Toutes ces questions et bien d’autres auxquelles nous avons répondu à notre façon durant ces huit années méritent d’être posées.

 

Il serait souhaitable aussi de trouver pour le groupe de nouveaux participants. Beaucoup de collègues sont passés, certains assez longuement d’ailleurs, (quelques-uns sont là depuis le début) mais  de nouveaux  lecteurs  sont toujours bienvenus pour ajouter de nouvelles et différentes « lectures » et maintenir l’intérêt des confrontations de commentaires. Alors, si vous souhaitez participer au groupe et la poursuite de son travail, mettez-nous un mot et nous vous proposerons en retour un rendez-vous pour en parler.

 

Rappelons qu’il n’est pas nécessaire pour participer à ce groupe d’être psychanalyste mais seulement de vous intéresser aux ouvrages de psychanalyse et d’avoir envie d’en écrire quelque chose en respectant la règle fondamentale : pas de critique partisane pour tel ou tel groupe ce qui n’écarte pas évidemment les préférences liées à votre parcours personnel.

 

Laurent Le Vaguerèse et le Groupe de Lecture du « Prix Oedipe des Libraires »

secretariat@oedipe.org