Dates:
Samedi, mars 11, 2023 - 13:30 - Dimanche, mars 12, 2023 - 12:30

Adresse

Espace du Centenaire, 189 rue de Bercy
75012 paris
France
Adresse du site Web: email: contact:

Déroulement:

PROGRAMME 

Samedi 11 mars 2023

 

13h30 - 18h30

14h00 - Introduction théorique et « fil rouge » de la discussion : Laurent Danon-Boileau
14h20 - Présentation clinique : Hélène Casanova - Discussion : Vassilis Kapsambelis

15h20 - Parole à la salle 16h30 - Pause

17h00 - 18h30 : Ateliers animés par Tristan de NADAILLAC

1. Marie KACI et Tristan de NADAILLAC
2. Carlos PACHECO et Frédérique DURIEUX
3. Élise JONCHÈRES et Armelle NITHART
4. Françoise COINTOT et Jalil LAHLOU

 

19h30 - Accueil des nouveaux membres rue Daviel et verre de bienvenue

________________________________ 

Dimanche 12 mars 2023

 

  9h30 – 13h

  9h30 - Deuxième présentation clinique : Marie-Laure Léandri - Discussion : Bernard Bensidoun

10h30 - Parole à la salle
11h30 - Table ronde conclusive par les intervenants
12h30 - Fin du colloque

ARGUMENT

Toute demande d’analyse implique un espoir de changement et aussi consubstantiellement une résistance au changement, une conflictualité s’inscrit donc au cœur de la rencontre.

C’est l’actualisation du passé dans le présent de la situation analytique qui génère la dynamique processuelle du travail analytique à travers ses modalités topique, dynamique, économique. Tous ces remaniements relèvent du travail interprétatif et ouvrent à l’appropriation subjective des transformations du fonctionnement psychique.

Issue de la dynamique conflictuelle qui sous-tend les problématiques de la cure avec la richesse de l’ambiguïté des situations, l’actualisation s’appuie sur le processus transférentiel dont elle est la manifestation, en lien avec le cadre et la règle fondamentale. Le dispositif de la cure analytique est pensé pour maitriser et réguler les forces pulsionnelles qui s’y déploient, mais s’avère être, en même temps, une source permanente d’excitation. Confrontés à une situation inédite, les patients sont envahis de mouvements pulsionnels qui débordent leurs défenses en lien avec la force constitutionnelle du moi et les organisations structurelles de la psyché.

Si la rencontre analyste- analysant stimule la remémoration et le retour du passé, ce n’est pas seulement sous la forme du souvenir. Tout au long du déroulement du travail analytique, de multiples désorganisations plus ou moins intenses peuvent amener des ruptures dans la continuité psychique, crises plus ou moins tolérées et élaborables. Elles imposent les efforts conjugués du patient et de l’analyste, à travers leurs mouvements pulsionnels respectifs.

A côté des émergences représentatives tempérées traversées d’insights féconds s’appuyant sur un travail d’après-coup, les cures sont émaillées de répétitions sous forme d’agir de parole, de passages à l’acte, d’attaques du cadre, parfois de manifestations somatiques. La compulsion de répétition, les réactions thérapeutiques négatives peuvent entraver le processus analytique voire provoquer des ruptures.  Lorsque les défenses mises en place contre les refoulements et les clivages s’assouplissent, tout ce qui reste sous forme de traces, et qui n’a pas pu s’inscrire dans la psyché, de même que les achoppements élaboratifs de la conflictualité, peuvent se réactualiser dans le transfert tout au long de la cure, que ce soit au moment de la rencontre inaugurale, lors de l’instauration du cadre, à certains moments de la cure ou encore à l’approche de la fin du traitement.  

Dans son article « fragments d’une analyse d’hystérie » Freud nous livre ses élaborations sur la clinique de Dora et les difficultés qu’il a rencontrées. Existe-t-il de meilleure illustration des avancées théoriques, renversements dialectiques que ce texte associé par Freud lui-même à l’interprétation des rêves ? Au-delà des avatars du transfert, de l’homosexualité, de la bisexualité, toutes les questions de l’actualisation du passé dans la cure se posent, du côté du patient comme de l’analyste. Par exemple, l’intérêt de Freud pour la scène du lac entre Dora et Monsieur K. aurait-elle un lien avec sa curiosité infantile, le souvenir des promenades complices de sa mère au bord du lac avec son demi-frère Phillip ?

C’est le travail conjoint du patient et de l’analyste à partir du maniement du transfert et du travail interprétatif, manifeste ou implicite, qui va permettre de contenir et d’élaborer les fragilités narcissiques et les carences de symbolisation inscrites dans le fonctionnement psychique et qui s’expriment sous tant d’aspects cliniques différents.

Ces moments critiques, répétitions de difficultés existentielles passées, peuvent permettre des transformations qui ouvrent à de nouvelles perspectives et compétences psychiques pour les patients.