Cinema

Affiche du film Être et avoir
Être et avoir. La bonne distance. Nicolas Philibert est au cinéma ce que Siméon Chardin est à la peinture : leur génie propre est de rendre admirables, par la vivacité et la délicatesse de leur regard, « la moindre des choses », le geste le plus humble, la scène la plus quotidienne. L'un et l'autre partagent aussi cet art délicat de savoir regarder et dépeindre des enfants sans les caricaturer. Ainsi « Être et avoir » nous fait-il découvrir non pas des enfants-potiches pour casting de stars, mais de vrais enfants, qui jouent, pleurent, rêvent, réfléchissent, s'efforcent d'apprendre à lire ou...
Affiche du film Être et avoir
Dans La Quinzaine Littéraire, Louis Seguin intitule son article, à propos du film Etre et Avoir de Nicolas Philibert : "Un paradis perdu". Or, que donne à voir le film de Nicolas Philibert et appellerons-nous cela « paradis perdu »? Je ne peux parler des intentions de l'auteur mais de ce que j'ai vu dans les images du film. Certains s'en emparent comme d'un portrait de l'école idéale, pour faire le procès de l'école et du collège modernes, il devient le centre d'un débat sur la pédagogie, la classe unique, les contenus d'enseignement, etc. Or, c'est d'abord une œuvre...

Pages