Du livre de Michel Onfray ...

Chers lecteurs,

Certains ont peut-être été surpris de ne pas voir de commentaires concernant le livre de Michel Onfray sur ce site. Il en existe un certain nombre cependant sur le forum « Une politique pour la

...
Publié le 22/04/2010 N°1961 Le Point\par PHILIPPE GRIMBERT* «La psychanalyse ne guérit pas, elle Oui, mais... Oui, Michel Onfray a raison, Freud a commis des erreurs, mais ce qui fait la singularité de sa démarche, c'est qu'il l'a reconnu et écrit, dans la dynamique d'une pensée sans cesse remise en question. Oui, Freud a souvent puisé dans ses propres empêchements, ses rêves et ses fantasmes pour inventer la psychanalyse, ce qui ne fait pas de lui pour autant un malade tentant de justifier ses déviances, mais un névrosé ordinaire, comme nous le sommes tous, cherchant au plus profond de lui-...Lire la suite

communiqué de la nuit sécuritaire

Communiqué de la nuit sécuritaire A propos de la polémique ouverte autour du propos de Michel Onfray En tant que soignants (psychiatres, éducateurs, psychologues, infirmiers…), certains, psychanalystes, d’autres non, mais tous engagés dans un mouvement contre une psychiatrie sécuritaire, normative et hygiéniste, nous ne pouvons que nous insurger contre le propos récent de Michel Onfray. Pierre Delion, qui fait partie des fondateurs de notre mouvement a su dire tout ce que nous devons à la fondation freudienne pour l’invention d’une pratique de psychothérapie institutionnelle, forgée dans la...Lire la suite
Publié le 22/04/2010 N°1961 Le Point\par SERGE HEFEZ*« Onfray nous insulte » La psychanalyse ne serait rien d'autre que la névrose de Freud imposée à l'humanité. Michel Onfray n'a donc pas compris l'essence de la psychanalyse. Elle est justement d'utiliser sa propre histoire comme un instrument, de se mettre en résonance avec un patient afin de réinventer dans chaque rencontre une nouvelle théorie du sujet. Freud a ainsi ouvert la voie d'une conscience intersubjective, forme de réflexivité qui naît lorsque nous devenons conscients du contenu de notre esprit qui se réfléchit dans un autre...Lire la suite

Le procès fait à Freud

Le procès fait à Freud par Paul-François Paoli, Le Figaro, 29/04/2010 Le crépuscule d'une idole,l'affabulation freudienne. de Michel Onfray. Graset, 612 p., 22 euros. Cinq ans après la polémique qui avait éclaté au moment de la parution du Livre noir de la psychanalyse, signé par un collectif de psychiatres, de philosophes et de spécialistes des thérapies comportementalistes cognitives (TCC), qui accusaient Freud d'être un imposteur ayant créé une mythologie ascientifique incapable du moindre résultat clinique, le philosophe Michel Onfray passe à son tour à l'attaque. Il publie une charge...Lire la suite

Michel Onfray, du rire aux larmes

Michel Onfray, du rire aux larmes. On peut d'abord rire des 600 pages du « Le Crépuscule d'une idole. L'affabulation freudienne » le dernier livre de Michel Onfray, rire des histoires qu'il raconte à mille lieux de la pratique quotidienne initiée par Freud mais aussi être triste, triste pour ce qui pourrait ressembler à une analyse qui a mal tourné, triste comme on peut l'être pour tout un chacun qui marche à côté de lui-même, qui dérive jusqu'à pouvoir se perdre dans des allégations dont il veut se convaincre, qu'il prend au sérieux pour en faire un point d'ancrage. Selon le titre même de...Lire la suite

Pour Sigmund Freud

Bernard-Henri Lévy : Pour Sigmund Freud (Le Point, Bloc-notes du 29 avril 2010) Michel Onfray se plaint d’être critiqué sans être lu ?Eh bien, donc, je l’ai lu.Je l’ai fait en m’efforçant, autant qu’il est possible, de laisser de côté les camaraderies anciennes, les amitiés communes ainsi que, mais cela allait de soi, le fait que nous soyons, tous deux, publiés par le même éditeur.Et la vérité oblige à dire que je suis sorti de cette lecture plus consterné encore que ne le laissaient présager les quelques comptes rendus dont, comme tout le monde, j’avais pu avoir connaissance.Non que je sois...Lire la suite

L'Edito du Psy - Réponse à Michel Onfray sur Freud et la psychanalyse

L'Edito du Psy - Réponse à Michel Onfray sur Freud et la psychanalyse JL Vanier Alors que Le Point publie les « bonnes feuilles » du dernier livre polémique de Michel Onfray sur Sigmund Freud, notre éditorialiste estime que l’approche critique du fondateur de l’Université populaire reste prisonnière de prétentions strictement philosophiques, bien étrangères aux ressorts mêmes de la psychanalyse. Et lui rappelle que les règles et la pratique du divan s’appuient au contraire sur l’absence de présupposés et la distanciation permanente. Conséquence probable du dérèglement climatique, les...Lire la suite

Pourquoi tant de haine?

1 Pourquoi tant de haine? (suite) Dans un brûlot truffé d’erreurs et traversé de rumeurs, à paraître le 21 avril chez Grasset sous le titre Le crépuscule d'une idole. L'affabulation freudienne, Michel Onfray, qui n’est pas historien et ignore tout des travaux produits depuis quarante ans par les véritables historiens de Freud et de la psychanalyse (des dizaines d’essais dans le monde, dont les principaux sont traduits en français), se présente pourtant comme le premier biographe de Freud capable de décrypter des légendes dorées déjà invalidées depuis des décennies. Se transformant en...Lire la suite

Onfray-Kristeva

Onfray,Kristeva : Nouvel Observateur, propos recueillis par Gilles Anquetil et François Armanet Le philosophe Michel Onfray publie un essai féroce, " le Crépuscule d'une idole. L'affabulation freudienne ". Julia Kristeva, psychanalyste et auteur des « Nouvelles maladies de l'âme », lui répond Le Nouvel Observateur . - Michel Onfray, votre nouvel essai, « le Crépuscule d'une idole », suscite un débat très médiatisé. Abordons la question centrale posée par votre livre. Vous soutenez que la psychanalyse freudienne est présentée, non comme l'hypothèse d'un homme, mais comme une vérité d'ordre...Lire la suite

Roland Gori

"La psychanalyse heurte la culture du moment" La bataille fait rage dans le monde des psys après la publication du dernier livre de Michel Onfray, brillant brûlot contre Freud. Le psychanalyste Roland Gori réplique en dénonçant une vision réductrice de la santé mentale. Sigmund Freud était un mégalomane lubrique qui couchait avec sa belle-soeur. Il n'y a que la gloire et la richesse qui l'intéressaient. Sa théorie de l'inconscient n'est pas une science et ne soigne que par effet placebo. Cinq ans après la parution controversée du Livre noir de la psychanalyse (les Arènes), qui tirait à...Lire la suite

Pages