Littérature

Les longs silences de Cécile Portier

Les longs silences de Cécile Portier Quand une femme écrivain, douée et sensible comme l’est Cécile Portier, se fait hospitaliser dans une clinique psychiatrique le temps de résorber ce qu’il est désormais convenu de nommer un « burn out », il peut arriver qu’ensuite un livre garde trace de cet épisode douloureux. Ainsi sont nés Les longs silences, livre grave, doux et décalé qui dessine à traits brefs la couleur des jours passés à l’écart du monde. Des raisons qui l’ont conduite en ce lieu d’internement (parce que l'interne ment, note-t-elle) l’auteure dira peu de chose, mais ce peu suffit...Lire la suite
christine angot
Christine Angot, Un amour impossible, 2015. Lire les critiques et polémiques autour de Christine Angot n’est pas très stimulant. On sent une violence ( cf. Le Figaro ) à laquelle on aimerait bien échapper et on a l’impression qu’il vaut mieux retirer ses pieds de ce terrain miné. Pourtant, c’est dans un élan tout spontané et naïf que j’allais dire combien j’ai aimé le livre Un amour impossibl e qui m’a même semblé un grand livre. J’avais déjà apprécié le dernier livre de Christine Angot, Une semaine de vacances , tranchant, presque intouchable de netteté, de...

Christine Angot, Un amour impossible

Romain Gary

Romain Gary Gary, le feu en russe, est le pseudonyme que Roman Kacew s’est choisi en brûlant ses vaisseaux, en désertant les terres du nom de son père. Gary me brûle à la fin et je cherche à m’en délivrer Mon regard et mon cœur ont été accrochés par le titre d’un petit cahier de L’Herne : « Le judaïsme n’est pas une question de sang ». C’est le titre d’une interview de Gary conduite en 1970 par Richard Liscia (Arche 26 Avril-25 mai 1970) et j’ai su d’emblée qu’on n’allait pas sur cette voie vers l’enfermement et la convention. Et puis, je me suis aperçu vite que comme Camus, comme Orwell,...Lire la suite
Marcel Cohen. « Sur la scène intérieure. Sous titre : Faits ». Gallimard 2013. Un ami m’a signalé ce volume. Je me suis rendu chez mon libraire pour le commander. Il m’a répondu qu’il croyait bien me l’avoir déjà vendu. Pour me convaincre, il m’a montré la couverture du livre qui effectivement me disait quelque chose. De retour à la maison, j’ai commencé à fouiller dans mes piles de bouquins, et j’ai fini par le retrouver. Je l'avais déjà parcouru, survolé, croyais-je. Je l'ai repris, et à ma surprise j'ai bien dû constater que je l'avais déjà lu de la première à la dernière ligne, et non...
Catherine Millot : « La logique et l'amour et autres textes » - Editions Cécile Defaut - 207 p. Psychanalyste franchement littéraire ou écrivain ? Catherine Millot est aussi une philosophe qui a intégré la psychanalyse. Ce qui est la moindre des choses. En ces temps de basses eaux intellectuelles, voici un recueil de portraits chatoyants, d’écrivains, de psychanalystes, de philosophes, très référencé, sur le mode de la critique ou du récit de souvenirs intellectuels et personnels. Certains touchent de manière originale quelquefois à la méditation. Là où Freud disait que pour aborder la...
obstination
Compte rendu du livre d'Adèle Van Reth et Myriam Revault d'Allonnes : L'obstination. Questions de caractère. Éditions Plon.2014 Ce petit essai, le troisième, paru dans la collection « Questions de caractère » qu'édite conjointement France Culture et les éditions Plon a le mérite de nous introduire philosophiquement à une notion ambivalente, relevant du sens commun, qui semble a priori « étrangère au corpus philosophique classique ». Notion tantôt valorisée quand l'obstination est entraînée du côté de la persévérance de la capacité à construire et à réaliser, tantôt au...
pas pleurer
Lydie Salvayre, Pas pleurer, éditions du Seuil, 2014, Prix Goncourt. J'ai lu le livre de Lydie Salvayre, Pas pleurer, car un article du Monde signalait que l'auteur y mêlait la langue espagnole et la langue française. En effet, ayant fréquenté depuis des années les auteurs francophones des Antilles, qui écrivent un français traversé par le créole, j'étais curieuse de voir comment fonctionnait la langue hybride de Lydie Salvayre. Je me demandais comment des phénomènes de créolisation pouvaient toucher la littérature française à partir d'expériences différentes, de déterminations historiques...

Ce qui reste de nos vies. Zeruya Shalev Prix Fémina étranger 2014

Zeruya Shalev Ce qui reste de nos vies roman traduit de l'hébreu par Laurence Sendrowicz Gallimard 2014 Prix Fémina étranger 2014 Le titre du dernier roman de l'auteure israélienne Zeruya Shalev Ce qui reste de nos vies s'entend d'abord comme une question sur ce que nous laisserons derrière nous à notre mort. Quelles traces nous survivront ? Il s'avère très vite que la véritable interrogation porte ailleurs. Elle concerne la part qui nous reste à vivre à l'approche de la mort, la nôtre ou de celle d'un être proche. Zeruya Shalev nous raconte une histoire de passages difficiles ; ils se...Lire la suite
philippe claudel
"J'abandonne" 5 L'auteur, Philippe Claudel, a choisi de nous offrir un roman sur les prélèvements et les greffes d'organe à l'intérieur d'une tragédie qui respecte l'unité de lieu : une pièce appelée « le confessionnal », l'unité de temps : à peu près deux heures, l'unité d'action : recueillir une autorisation de prélèvements d'organe auprès de la mère d'une jeune fille en mort cérébrale 6 Sur leur fiche de paie ils sont « psychologue ou thérapeute », mais dans le milieu où ils gravitent, on les surnomme les hyènes. Ces deux là sont chargés d’annoncer la mort et d’obtenir de la famille l’...

Pages