Faire un don

Pour faire un don, cliquez ici.

Annonces

Partage de cabinet Paris 14e à deux minutes du métro Alésia

Cabinet de 33 m2 comprenant une salle de consultation...Read more

Articles

L'amour paradoxal ou une promesse de séparation

Radmila Zygouris. L’amour paradoxal ou une promesse de séparation. Édition revue et corrigée. Éditions des crépuscules. L. Le Vaguerèse

C’était il y a bien longtemps déjà. Y avait-il une bande ? Sans doute. Elle allait se retrouver autour de ce que l’on a appelé le Référé espèce de révolte contre les décisions de plus en plus arbitraires de Lacan que l’on soupçonnait d’être en sous-main celles de Jacques-Alain Miller. Cette bande, je n’en étais pas. Je n’étais pas membre de l’École Freudienne et n’en serais jamais car celle-ci allait disparaître avant que ma candidature ne soit examinée. Mais enfin, même si je n’en étais pas, il me semble que je me reconnaissais assez bien dans l’esprit frondeur qui animait certains de mes...Lire la suite
Gérard Miller

Entretien d'E.Roudinesco dans Libération au sujet de la mise en cause de Gérard Miller

Libération, 9 mars 2024 Interview version en ligne : liberation.fr Idées et débats Elisabeth Roudinesco : «Tout le monde voyait que Gérard Miller utilisait l’hypnose pour son propre plaisir» Violences sexuelles dossier L’historienne de la psychanalyse juge que son collègue lacanien, accusé de violences sexuelles par une cinquantaine de femmes, jette l’opprobre sur l’hypnothérapie en faisant de sa pratique un moyen de manipuler les êtres. par Virginie Bloch-Lainé On aurait pu croire que les accusations de viols, d’agressions sexuelles, et de tentatives d’agression sexuelles qui visent Gérard...Lire la suite

Retour à Jitomir

« Pendant de nombreuses années, les gens de ma génération eurent la préoccupation de dissimuler leurs souvenirs, de les réprimer, ou pour employer un mot plus dur, de les supprimer. Il fut impossible de vivre après la Shoah autrement qu’en réduisant la mémoire au silence. La mémoire devint notre ennemi. C’est à chaque instant qu’on travailla à l’émousser, à la détourner, à l’engourdir, comme on le fait avec la douleur. » « Le combat dura des années. Les gens apprirent à vivre sans souvenirs, à la façon dont on apprend à vivre quand on est amputé. » « Je pensais, et pense...Lire la suite

Pages

averroes_et_rosaparks
Trois films évènements pour la psychiatrie publique : le geste de Nicolas Philibert Après le magnifique et surprenant Sur l'Adamant ( mars 2023), Ours d'or à Berlin – excusez du peu - , après le bouleversant Avéroès et Rosa Parks (mars 2024) et puis enfin le délicat La machine à écrire et autres petits tracas (avril 2024), on peut parler je crois d'un événement : le cinéma documentaire de Nicolas Philibert, et par là le cinéma en général, se sont emparés du sujet de la maladie psychique et de la psychiatrie publique d'une façon absolument nouvelle et...
la zone d'intérêt
Réflexions sur « La Zone d'intérêt » de Jonathan Glazer (2023) Thierry Simonelli De l'autre côté du mur Une après-midi d'été ensoleillé. La famille Höss est allongée sur une pelouse au bord du lac lors de la promenade du dimanche. La mère s'occupe des enfants qui jouent. On rit, mange, court dans tous les sens et crie de plaisir. Le père est loin, les mains sur les hanches, les yeux absents. Quelques instants après, la mère cueille des fruits sauvages avec les filles. Le père est au bord du lac, les mains sur les hanches et ne regarde pas les garçons. Ils se battent, se jettent à l'eau, rient...
il reste encore demain
Il reste encore demain C’è ancora domani ») Ou comment enrayer la violence conjugale Le film de Paola Cortellesi, actrice comique populaire en son pays est diffusé en France depuis la mi-mars. Il a connu un immense succès qui a réuni 5 millions de spectateurs en Italie après sa sortie en octobre 2023. Il est souvent présenté en France sous l’angle des violences faites aux femmes qu’il dénonce mais de façon qui n’est pas suffisamment en phase avec les questions contemporaines, disent des critiques mitigées. Faut-il montrer crûment la cruauté ? Y a-t-il encore une place...