Anonymat

Autres articles de l'auteur

Radiographie de la mouvance décoloniale : entre influences culturelles et tentations politiques

« Décoloniaux » suite et je l’espère, du moins pour l’instant, fin. Il y a de cela quelques semaines je signais avec plusieurs collègues un manifeste contre le danger représenté par les dits « décoloniaux ». Alerté par Céline Masson, notamment du fait de certains...

Lire la suite

Le point sur la réaction au brûlot de Sophie Robert contre la psychanalyse dans le"Nouvel Observateur"

Grande Traversée. Moi, Sigmund Freud

Soyons simple et pratique. Si l’on comprend bien le propos de Sophie Robert il parait urgent de bruler les livres de psychanalyse, d’exclure les psychanalystes des lieux d’enseignement et de tout autre lieux où ils pratiquent cette science perverse et dénuée de tout fondement...

Lire la suite

Internet et paranoïsation des rapports sociaux.(2002!)

En remuant quelques vieux papiers j'ai retrouvé ce texte qui date quand même de 2002. Cela faisait déjà un certain temps qu'oedipe était sur la toile après l'avoir été pendant 10 ans! sur le Minitel et que je me...

Lire la suite

Pages

Anonymat

 

Il n’a échappé à personne que suite au vote d’une nouvelle loi, tous les sites « web » demandent désormais une autorisation pour l’utilisation de « cookies ». Il n’est d’ailleurs pas facile de se repérer dans les choix qui nous sont proposés. Pour ma part j’hésite à chaque fois car les choix proposés ne sont pas toujours très clairs et j’ignore si en refusant tout on pourra quand même avoir l’information que l’on souhaite obtenir du site en question. En conséquence, peut-être vous êtes-vous demandé pourquoi la question ne vous est pas posée sur oedipe. Sommes-nous hors la loi ? Pas du tout, simplement j’ai écarté l’usage des cookies car je ne fais pas du marketing ; Peut-être ai-je tort mais enfin c’est un choix que j’assume.

 

De même se pose aujourd’hui au parlement la question de l’anonymat. La aussi j’ai pris clairement position. Pas de pseudonyme sur oedipe chacun assume sa parole et dit d’où il parle. C’est tout de même quelque chose de fondamental et l’exercice de la psychanalyse ne peut me semble-t-il que le valider

 

Laurent Le Vaguerèse